Réservez votre chalet, votre chambre, 

votre emplacement de camping

Réservations et règles de sécurité et d’hygiène renforcées

Nous mettons en place des sécurités sanitaires pour vous recevoir et que vous passiez un séjour serein.

Découvrir un ancien Castelas et ses cases à encoches

Site datant du IXème siècle

Découvrir un ancien Castelas et ses cases à encoches

Site datant du IXème siècle
Case à encoches

Case à encoches

Une case encoche est une habitation (case) creusée comme une encoche dans une formation rocheuse à flanc de colline ou sur une petite colline rocheuse. Elles sont organisées en ensembles de plusieurs cases, jusqu’à 70 par exemple à Ambialet ainsi qu’à Castelpanis ( Assac à 10 minutes de la Bastide d’Albignac). On peut y reconnaître des ruelles, des escaliers, des rigoles pour l’écoulement des eaux et tous aménagements utiles à la vie de la communauté (puits, silos). Les parois manquantes (une ou deux selon le cas) étaient complétées par des murs en pierre sèche extraite de l’excavation.

Des hopes

Des hopes

Des opes étaient creusés dans les parois opposées de façon à y encastrer des poutres destinées à supporter une toiture. Si les parois étaient suffisamment hautes, on pouvait, par ce procédé, aménager un «étage».

case a encoche tarn

Cases à encoche et le Castelas

Dans notre région, les cases encoches sont caractéristiques des IXe et Xe siècles principalement dans les vallées de l’Aveyron, du Viaur et du Tarn en amont d’Albi. Elles se regroupent autour d’un castellas, sorte de donjon à section carrée. Ces places fortes étaient construites en pierre. La pierre était extraite sur place et la main-d’œuvre y trouvait l’occasion de se fixer sur le lieu de travail, puis d’y rester pour y vivre sous la protection du donjon.
case a encoche tarn

Le Dourn – Cadix : le Château de Labastide

( Situé sur la partie Camping )

Historique :

C’était l’époque de la « Renaissance », pendant que régnait sur la France de nombreux rois ( une dizaine ) allant de Louis XI à Louis XIV, une famille noble vivait et se succédait dans un coin perdu de la France profonde, et précisément, près d’un ruisseau ( Le Gaycre ) au fond d’une vallée encaissée et boisée de tous côtés.

Situé sur la commune de cadix, en bordure de la commune du Dourn se trouvait autrefois vers les années 1500 :  » Le Château de Labastide « . Cette bâtisse avait pour nom  » Le Castelas « .

Il était là peut-être même au Moyen-Âge, ses seigneurs et maîtres furent pendant de nombreuses années ( près de trois cents ans ) des  » De Crespon « . Ce furent les représentant successifs d’une grande famille du lieu, et notamment de la Bastide du Dourn.

Ce château était construit sur un promontoire rocheux, ceinturé par un méandre du ruisseau dit « de Gaycre « , comme dans une presqu’île. Le niveau de l’eau se situe à la hauteur de 324 mètres.

Des vestiges de ce château on ne retrouve que des traces dissimulées par une végétation qui a repris vigoureusement ses droits. Seules des différences étagées et cavités creusés dans le schiste laissent découvrir des couloirs de passage et des traces humaines d’aménagement du lieu.

Toutefois un chemin de service existe toujours, taillé profondément dans le roc, dans sa partie nord, on peut encore l’emprunter pour faire le tour de l’emplacement de cette bastide féodale.

Si ce site avait le nom de « Château » il ne s’agissait surement pas d’une construction très importante, malgré le titre de « Seigneur » que portaient ses derniers maîtres. Il s’agissait plutôt d’un poste de surveillance qui assurait la sécurité des territoires en aval contre les invasions des pillars venant du nord la plupart du temps.

En fait, un ensemble de places fortes faisaient en ce temps là, barrière aux envahisseurs sur un tracé allant de cadix à Faussergues. Il se composait donc du château de Labastide, passait par le dénivelé qui sert de limite entre la commune d’Assac et du Dourn, au nom si évocateur  » Des Portails « . Ils descendaient ensuite jusqu’au ruisseau appelé  » Du Moulin de trouche » où, une autre bâtisse, nommée sur de vieux registres  » Le château de las Couailles  » aurait existé dans le temps. faute de vestiges apparents, notre imagination pourrait imaginer cette construction en bordure de ruisseau, également sur un promontoire rocheux étonnamment surélevé par rapport au terrain environnant, mais aujourd’hui disparu par nivellement de la parcelle.

Mais revenons à la barrière de sécurité, elle remonte de ce point bas pour rejoindre un autre château, celui dit de « La Doudère, ou de La Doudié ». La Doudié se situe sur le point culminant de la commune du Dourn, et proche de la commune de Faussergues.

Le château de La Doudié a aussi son histoire à découvrir.

La Bastide

( Labastide )

Labastide

Historique :

Quant au château de Labastide, on peut présumer sa démolition lorsqu’il ne fut plus d’aucune utilité stratégique, ou inhabité, ou à la même date que la construction de la ferme dite également de Labastide ( qui, elle est sise sur la commune du Dourn), qui semble bien être en partie construire avec des matériaux prélevés sur le château.

On trouve la date de 1911 sur le linteau de la porte de la grange-étable à l’ouest de la cour de ferme et la date de 1913 sur la grange-bergerie.

La famille H … a construit lui même Labastide.

La bastide

Nous tenons à remercier Monsieur Albar et ses amis pour leur récit ainsi que la famille H. 

Aller au contenu principal